PŘEKLADY

Chants d´amour


Vydavatelství: Cuibar
Vydáno: 2003

Antonín Dvořák: Písně milostné. Překlady básní Gustava Pflegera Moravského pro buklet k CD španělského tenoristy José Cury.

Antonín Dvořák: Chants d‘amour

 

Paroles: Gustav Pfleger-Moravský

 

1-

Notre amour ne fleurit pas

dans le bonheur désiré:

et même s‘il fleurissait,

il serait de bien courte durée.

 

Pourquoi je sens une larme

dans les baisers brûlants?

Pourquoi m‘étreindrait-elle avec angoisse

dans la plénitude de son amour?

 

Ô amère est la séparation,

là où l‘espoir ne s‘éteint pas:

le coeur pressent alors dans un frisson,

que bientôt, hélas, il va tristement périr.

 

2-

Dans plus d‘un coeur règne la mort

comme dans un sombre désert,

seuls, tristesse et douleur

peuvent encore y trouver demeure.

 

Alors, l‘illusion d‘un amour ardent

s‘introduit dans mon coeur,

et ce coeur, mourant de chagrin,

s‘imagine qu‘il aime.

 

Et dans le doux rêve,

encore une fois, ce coeur mort

se transforme en paradis

et chante son chant de jadis!